Justice pour le climat ! Les nouvelles formes de mobilisation citoyenne

Photo de la couverture de l’ouvrage, paru le 28 août 2019 et publié aux éditions Odile Jacob.

Professeur des universités en droit privé et sciences criminelles à la Sorbonne, Judith Rochfeld nous a proposé son ouvrage « Justice pour le climat ! Les nouvelles formes de mobilisation citoyenne« , aux éditions Odile Jacob.

A l’égard du dérèglement climatique, une nouvelle conscience citoyenne a émergé et se manifeste : actant l’échec de la gouvernance internationale et de l’inertie des pouvoirs publics, une partie des citoyens se mobilise partout dans le monde, communiquant dans un réseau transfrontière et transgénérationnel.

Ils expriment des formes de mobilisation absolument inédites : mouvements de grève des collégiens et lycéens autour de la figure iconique de Greta Thurnberg, saisine des tribunaux et injonctions aux Etats de baisser leurs émissions et d’adapter leur territoire (procès Urgenda aux Pays-Bas à l’initiative d’une fondation et de 884 citoyens, affaires « Grande-Synthe » et « du Siècle » en France, cette dernière soutenue par près de 2,5 millions de signatures, actions menées par l’Association Our children’s Trust et de jeunes enfants et adolescents aux Etats-Unis), décision de la Cour suprême de Colombie faisant de l’Amazonie une personne pour stopper sa déforestation et conserver son action de puit de carbone, etc.

Ces nouvelles formes de mobilisation citoyenne, notamment celles qui prennent la forme de procès contre les Etats ou les grandes « Carbon majors », sollicitent le droit et le poussent à se réinventer.

Judith Rochfeld

Elles témoignent d’une résurgence de la conscience de « biens communs » et d’un autre gouvernement des nécessaires liens de solidarité entre les humains et les non humains. Plus précisément, elles peuvent se lire comme l’émergence et la mise en mouvement de communautés diffuses qui, si elles ne gouvernent pas exactement le système climatique, souhaitent participer ou peser sur les décisions au moins marginalement.

Les rôles de chacun des acteurs impliqués — individus, organisations non gouvernementales et associations, Etats – en sortent modifiés, ces mouvements imposant de réfléchir au renouvellement des instances de gouvernement des relations des humains avec leurs milieux.

Judith Rochfeld

La Convention citoyenne pour le climat dessinait d’ailleurs une piste plus pacifique en ce sens que les divers procès relatés dans le livre.

Anecdote de l’autrice

L’un des phénomènes les plus marquants de cette mise en mouvement judiciaire des citoyens pour la défense du climat tient en la mobilisation, très visible et médiatisée notamment aux Etats-Unis, de jeunes enfants et adolescents. Leur présence tend à figurer non seulement les générations qui subiront le plus les changements, mais également les générations futures. Or, alors que je relatais ces procès très spéciaux, lors du festival des idées du Monde en 2019 (dans la session « Aimer ma terre »), une petite fille de 10 ans m’a interpellée en me demandant : et moi, qu’est-ce que je peux faire concrètement pour le climat ? Est-ce qu’il faut j’agisse en justice ? La question m’a évidemment beaucoup touchée et je voudrais laisser chacun ressentir ce qu’elle provoque chez elle ou lui…

Biographie de l’auteur :

Prendre contact avec l’une des personnalités.
Rien de plus facile cliquez ici ou devenez AMI, Active Member to Inspire

Retrouvez toutes les rencontres des Business & Legal Forums sur www.blforums.com

Start typing and press Enter to search